Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphanie Hochet, le blog officiel

Presse,présentation, analyse des romans, articles, interviews littéraires


Le Ruban blanc de Haneke

Publié par Stéphanie Hochet sur 1 Novembre 2011, 23:00pm

ruban-blanc-michael-haneke-copie-1.jpg

Le dernier film de Haneke offre un démenti à ceux qui estiment que la récompense du réalisateur autrichien est une redondance.
Plus que Funny games et La Pianiste, Le Ruban blanc approche du génie. Cette histoire se situe juste avant la première guerre mondiale dans un village d’Allemagne, au cœur d’une société rigoriste, religieuse, agraire. On y retrouve toutes les catégories sociales dans une sorte de huis clos: les paysans, la famille du révérend, le baron et sa femme, l’instituteur, le médecin. Et tous les enfants du village qui, eux, ne semblent connaître aucune caste, qui se regroupent et agissent de façon étrange. C’est le mal qui ronge la petite ville. L’histoire est racontée par la seule personne dénuée de perversité: l’instituteur. D’abord il y a l’acte de malveillance qui a provoqué la chute de cheval du médecin du village: quelqu’un a tendu un fil sur le chemin que l’homme devait parcourir à cheval pour faire ses visites. Accident, hôpital, l’auteur ou les auteurs demeurent inconnus. Puis d’autres choses bouleversent la petite communauté: Sigi, l’enfant du baron, est retrouvé une nuit dans la grange, pantalon baissé, le postérieur contusionné de coups de bâton. A nouveau, personne ne sait qui a commis cet acte. Drôle d’ambiance, un climat oppressant se développe. A y regarder de plus près, il y a quelque chose de pourri dans ce royaume minuscule qui vit à l’heure allemande du XIX ème siècle. Que la caméra approche les personnages, et on découvre la méfiance que le révérend réserve à la sexualité de ses enfants (il attache les mains de son fils la nuit pour qu’il ne se masturbe pas), l’inceste entre le médecin et sa fille, la haine des paysans pour les maîtres et le mépris de la classe dirigeante pour les domestiques. Tous ces poissons carnivores réunis dans le même aquarium semblent se dévorer … Mais les enfants, sont-ils des êtres purs? Le ruban blanc qu’on attache à leur bras est sensé leur rappeler ce qu’est l’innocence et la pureté. Un rappel nécessaire? Tout paraît déjà trop tard, et impossible à révéler. Ce sera cette génération qui aura vingt ans à la montée du nazisme…
D’une sobriété admirable, Haneke livre un chef d’œuvre terrible, pièce majeure d’un cinéma qui n’est pas sans rappeler les Désarrois de l’élève Törless

S.H.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents