Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Stéphanie Hochet, le blog officiel

Presse,présentation, analyse des romans, articles, interviews littéraires


Moutarde douce, Editions Robert Laffont, octobre 2001.

 

 

 


*4ème de couverture :

« Ma collection épistolaire s'enrichit chaque jour de nouveaux joyaux.

Je rends grâces au succès de bien vouloir s'attarder sur moi, le temps qu'il lui plaira, et de ma confier l'admiration empressée, l'amitié de jeunes inconnues.

Ces lettres constituent un échantillon de jeune sève charmante, touchante, drôle parfois. Si je n'étais pas esthète, peut-être pourrais-je résister à la tentation d'étudier ces épîtres féminines.

Quoi de plus personnel qu'une lettre de jeune fille ? »

*Presse :

-Télé Moustique (le Télérama belge), 14 novembre 2001, Y.D.

'Chère Stéphanie Hochet'

« Chère Stéphanie Hochet, je vous envoie cette lettre de lectrice, en espérant qu'en retour, vous m'ouvrirez votre vie en même temps que votre boîte aux lettres, comme votre héros, Marc Schwerin, se plaît si volontiers à le faire. J'ai découvert dans votre (premier) roman épistolaire le charme trouble d'une correspondance avide entre un écrivain qui s'aime et des femmes qui croient l'aimer. Votre auteur ne peut s'empêcher de répondre à ses admiratrices, et vos folles lectrices prennent prétexte de ce courrier un rien narcissique pour exiger la place de muse qui nourrit leurs fantasmes exaltés. Entre la première lettre et la dernière (?), entre les présentations et le conflit passionnel, vous échafaudez des débordements de confidences à la fois pathétiques et cyniques qui m'ont mise en joie. J'aime d'ailleurs vous imaginer, avec un rien de cruauté sardonique, en proie dès demain aux mêmes dangereuses maniaques, qui vous persécuteront de leurs histoires quotidiennes, exigeront des visites, se vexeront d'un retard, se méprendront sur un mot, et s'imagineront vous posséder, comme si en livrant vos histoires vous vous offriez en cadeau Bonux… Bonne chance et à très bientôt. » – Y.D., Bruxelles.

-Le Magazine littéraire (n°404), décembre 2001 - Danièle BRISON

'De l'ambition, du rythme, de l'habileté.'

« De l'ambition, du rythme, de l'habileté. Avec Moutarde douce, Stéphanie Hochet, vingt-six ans, a écrit un premier roman comme on fait des claquettes, tout en ruptures apparentes, mais dans le but de dessiner une figure précise. Marc Schwerin, écrivain, assez imbu de sa personne, victime mollement consentante de l'affreux malentendu que réserve la notoriété, entretien une correspondance soutenue avec une kyrielle de jeunes admiratrices, auxquelles viennent se greffer un ou deux nettement moins admirateurs, mais on le sait, ce sont surtout les femmes qui lisent les romans. Ce sont donc ces lettres, que le jeune homme, on s'en doutait un peu, a goulûment vampirisées qui nous sont donné à découvrir, flanquées de leurs réponses et de toutes les ambiguïtés qui vont avec, certaines rares correspondantes ayant arraché le privilège d'un rendez-vous – jusque là, rien que de très classique. Et la démarche de Stéphanie Hochet est à double détente. Tout en esquissant, au travers des propos des lectrices de Schwerin une mosaïque de portraits contemporains assez réussis, elle fait apparaître en creux une autre figure de son héros, celle de l'imposteur, qui n'a de génie et de style que son aptitude à choisir et à suivre qui le sert. Naturellement, puisqu'il est une sorte de voleur, il en fait l'aveux et laisse au beau milieu de la pièce qu'il se joue, petite référence parmi d'autres, toujours bien traitées. Stéphanie Hochet manie l'ironie avec aisance, ne maltraite aucun de ses personnages, même les plus agaçants, s'offre quelques pirouettes, nous renseigne même sur la moutarde douce, mène sa danse.....

A suivre. »....
Danièle BRISON

*Moutarde douce est aussi paru en 2004, en format Poche, aux Editions POCKET mais est actuellement épuisé.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents